Plusieurs postes sont disponibles chez Nmédia!Amène ton talent, on fournit le plaisir!
Ce que 3 ans en agence m’ont appris sur la rédaction Web

Ce que 3 ans en agence m’ont appris sur la rédaction Web

19 septembre 2017Par Véronique Laforest
Catégorie :

Le 24 septembre 2014, j’ai fait mes débuts chez Nmédia avec une expérience de journaliste et de rédactrice technique, une bonne plume, de la créativité, des bonnes intentions et pas mal de naïveté!

C’est drôle, mais la rédaction Web, ça ne s’apprend pas vraiment à l’université. Du moins, quand j’ai terminé il y a un peu plus de 10 ans, ça ne semblait pas exister. Il y a toujours eu les communications, mais rien de ciblé en Web. Et surtout, ça change tellement vite que ça n’aurait pas été d’actualité entre ma sortie de l’université et il y a 3 ans quand j'ai commencé chez Nmédia.

Certaines agences offrent une formation de quelques heures (et fournissent même le café et le lunch!), mais je crois que ça prend beaucoup plus d’une journée ou deux pour apprendre cette profession. Que dis-je… cet art!

Alors en 3 ans, j’ai appris pas mal d’affaires sur la rédaction Web en agence!

En voici quelques-unes :

J’ai dû plonger dans des sujets que je ne connaissais pas ou dont je n’avais jamais entendu parler

C’est arrivé très souvent! La plupart du temps, en fait. Des produits pour arbalète au transbordement de gaz de pétrole liquéfié, en passant par la construction industrielle ou la déco intérieure, j’ai abordé plusieurs sujets qui m’étaient complètement inconnus. La leçon : dé-cor-ti-quer absolument tout avec le client! Si je ne comprends pas, je n’arriverai pas à l’expliquer et les lecteurs ne comprendront pas non plus! Aussi simple que ça.

Le contact client est très important

Poser des questions, ne pas se gêner pour confirmer certains points, demander pourquoi ce client fait mieux que la concurrence et en quoi ses services méritent plus d’attention… il faut amener le client à se vanter, ce qui n’est pas toujours facile! Mais à force de questionner, j’ai obtenu de belles réponses!

Il faut faire de la recherche, toujours et encore

On trouve toujours des instructions de base sur la rédaction Web, mais LA bonne manière n’existe pas parce que le sujet change, le ton change, le public change et les temps changent! J’étais très angoissée à ne pas trouver cette info au début, mais j’ai compris au fil de mes recherches!

Vraiment beaucoup de recherche là…

Certaines firmes américaines sont spécialisées dans le A/B testing, c’est-à-dire qu’une version d’un microsite ou d’une page Web est envoyée à un certain public, tandis qu’une autre version comportant des différences « à tester » (comme un bouton cliquable) est acheminée à d’autres internautes. Ces études démontrent comment de petits changements peuvent faire une grande différence dans la qualité de navigation des utilisateurs, et donc dans leurs actions finales : acheter le produit ou service.

Ces études m’ont beaucoup rassurée, d’une part, parce qu’elles prouvaient qu’on ne peut pas prévoir les comportements des utilisateurs selon ce qu'ils lisent (ou ne lisent pas), et d’autre part, que c’était un travail qui était toujours en progrès.

Il faut s’entourer d’une bonne équipe

La rédaction, ça ne se fait pas seul dans son coin! Même si le travail en soi est plutôt solitaire, c’est essentiel de bien communiquer avec le chargé de projet, le stratège UX qui a fait les wireframes, le designer qui a fait les maquettes, le stratège marketing qui connaît bien le public cible et a fait la recherche de mots-clés à inclure dans les textes, l’intégrateur, le correcteur et même le traducteur, s’il s’agit d’un site bilingue.

C'est important de connaître LA raison derrière le choix de certains mots

Qui dit Web dit recherche par termes et même par phrases complètes ou questions. Alors que le client appelle son produit d’une certaine manière (dans un jargon technique, par exemple), le client qui cherche une solution, lui, cherche totalement autre chose. Encore là, le stratège marketing a fait ses recherches et peut outiller le rédacteur pour expliquer la raison. Et parfois, il faut juste mettre de l’eau dans son vin 😊

On a le droit de se réinventer et suggérer un peu de folie

Au-delà des règles de français, des sujets techniques, des mots-clés à inclure, de la stratégie globale établie, des objectifs de vente, des subtilités du Web et de plusieurs autres facteurs, au final, on s’adresse à des humains! Et qui dit lecture sur le Web (donc survol rapide et attention difficile à capter) dit, à mon avis, amusez-vous don’ un peu! C'est pourquoi, dès que je le pouvais, je n'hésitais pas à mettre un peu de folie dans mes textes, quitte à remanier le tout pour revenir au plancher des vaches.

Sur ce, je vous quitte pour « les Europes », comme j’aime bien dire, et je vous souhaite de très bonnes lectures dans « les Internets »! Après tout, chez Nmédia, on produit du maususse de bon stock! 😉

¡Hasta pronto, tal vez!