Plusieurs postes sont disponibles chez Nmédia!Amène ton talent, on fournit le plaisir!
Entrevue avec une stratège en marketing numérique

Entrevue avec une stratège en marketing numérique

21 juin 2017Par Laurence Blanchette
Catégorie :

Il y a presque un an déjà, Meggie faisait son entrée dans les bureaux de Nmédia en tant que stratège en marketing numérique. Elle a plus d’un tour dans son sac et sa créativité est difficilement égalée. C’est à son tour aujourd’hui de nous parler de qui elle est, mais surtout de ce qu’elle fait.

Parle-nous de ton cheminement avant d’arriver chez Nmédia.

J’ai fait mon bac en administration des affaires profil marketing à l’Université de Sherbrooke. J’étais dans le programme Coop, ce qui m’a permis de faire plusieurs stages dans mon domaine avant d’entrer sur le marché du travail. J’ai commencé par un stage de 4 mois en France.

Ensuite, j’ai travaillé 1 an et demi pour une entreprise québécoise en agro-tourisme et j’ai adoré. Il n’y avait jamais eu d’employé en marketing avant mon arrivée, donc j’ai élaboré le premier plan marketing et de communication. J'ai ensuite travaillé pour une compagnie de transport avant de commencer chez Nmédia.

À quoi ressemble une de tes journées de travail?

Ce qui est stimulant dans le domaine du marketing numérique, c’est que nos journées sont souvent très variées puisqu'on a plusieurs mandats différents. Je peux, entre autres, travailler à l’élaboration de stratégies de sites Web ou de commercialisation, faire de l’accompagnement client, donner ou recevoir des formations et plus encore.

Quel type de projet préfères-tu?

Dur à dire. Tous les projets sont différents et ils ont tous un aspect qui va te permettre de te challenger. Personnellement, je suis vraiment une fille de chiffres! J’aime voir dans mes analyses que ce que j’ai mis en place fonctionne et donne de bons résultats, ce qui est plus facile dans le domaine du Web puisque les données sont plus facilement quantifiables.

De quoi es-tu le plus fière depuis ton arrivée chez Nmédia?

De voir le cheminement que j’ai fait et la confiance que j’ai acquise. Notre expertise chez Nmédia est vraiment valorisée. Avoir autant de formation en continu a des effets extraordinairement positifs autant sur le côté personnel qu’au niveau des performances globales de l’entreprise.

Quel aspect de ton travail te challenge le plus?

Rester à jour sur les nouvelles tendances et faire confiance à cette expertise qu’on acquiert.

Qu’est-ce qui te surprend le plus du domaine du marketing numérique?

Que certaines personnes ne considèrent pas encore le Web comme le média de masse. C’est là où la majorité des entreprises devraient aller.

Quels conseils pourrais-tu donner à quelqu'un qui cherche un emploi dans ton domaine?

Il n’y a jamais de limite à la connaissance. Personnellement, j’ai fait mon deuil de l’école le jour où je suis entrée chez Nmédia, car je suis constamment en apprentissage dans mon environnement de travail. Aussi, dans un univers qui est toujours en changement, il ne faut jamais prendre pour acquis qu’un concept peut être bon pour plusieurs années, voire plusieurs mois.

Quels outils utilises-tu pour rester à jour sur les nouvelles technologies et innovations dans ton domaine?

J’utilise plein de canaux différents. J'ai créé ma propre knowledge base. Je reste toujours à l'affût des tendances, notamment au niveau publicitaire sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche ainsi que sur les stratégies d’audience. C’est souvent ce genre d’information qui va générer le plus de résultats dans mon travail au quotidien.

Quelles sont les différences majeures entre le marketing numérique et le marketing traditionnel?

Tout ce qui est notion de l’utilisateur. Dans le marketing plus traditionnel, il y a moins de variété dans le choix de canaux et de contenus. Cependant, dans le Web la réaction des utilisateurs est instantanée. Il y a donc une plus grande latitude. Par exemple, si une campagne publicitaire ne fonctionne pas comme prévu, on peut directement, à la minute même, aller effectuer les changements pour améliorer sa performance.

Comment crois-tu que le marché numérique va évoluer dans les prochaines années?

De plus en plus, le Web sera davantage axé sur un contenu pro utilisateur, chose qu’on remarque déjà avec les algorithmes de Google qui travaillent à éliminer le plus possible de contenu spam. Comme je le répète souvent, un bon contenu devrait suivre la règle du 80-20 %, soit 80 % de contenu pertinent pour l’audience et 20 % de contenu promo.

Quels aspects sont similaires ou différents sur les bancs d’école en comparaison avec la vraie vie?

À l’école, on apprend les concepts, mais quand vient le temps de les appliquer, c’est différent. À l’école, on est habitué de produire du contenu plus théorique, mais quand tu commences sur le marché, tu vis un déclic. Tu dois maintenant mettre des concepts en action. Ce que je retiens, c’est qu’il ne faut surtout pas hésiter à prendre des initiatives et poser des questions.

Quelles sont les qualités que devrait avoir un bon stratège en marketing numérique?

Il doit aimer... non! adorer apprendre! Il doit avoir le sens des affaires et savoir bien jumeler la créativité et l’analyse des statistiques. Ça prend une bonne confiance en soi, mais il faut aussi être capable de reconnaître ses erreurs et apprendre de celles-ci. Un bon stratège en marketing numérique est une personne qui sait ce qu’elle veut, mais surtout qui sait comment elle va s’y prendre pour atteindre ses buts.

Qu’est-ce que tu fais quand tu ne travailles pas?

Pour le moment, j’essaie d’avoir de l’autorité sur un jeune chien qui fait souvent des mauvais coups. Sinon, j’aime faire plein de choses! Je bouge beaucoup, j’adore voyager et cuisiner, quand j’ai le temps.

Comment vois-tu ton avenir chez Nmédia?

Je me vois toujours en train d’évoluer et d’acquérir assez d’expérience pour un jour être capable de challenger mon mentor, que les intimes surnomment Jackyboy.