Plusieurs postes sont disponibles chez Nmédia!Amène ton talent, on fournit le plaisir!
No_image-blogue

Recette facile pour campagne en ligne réussie!

8 février 2016Par Steve Patenaude
Catégorie :

1. Fixer un objectif

Tout d’abord, avant de se lancer dans la production d’une bannière, il est nécessaire de déterminer pourquoi l’entreprise veut faire de la promotion. Il peut s’avérer que l’objectif soit d’augmenter la notoriété d’une marque ou d’un produit, d’introduire une nouvelle marque sur le marché ou de faire connaître une promotion.

Dans tous les cas, l’objectif est important puisqu’il permet de valider si l’achat d’une bannière est bel et bien la solution pour atteindre les buts de l’entreprise. De plus, l’objectif dictera en partie l’endroit où apparaîtra la bannière et surtout influencera les textes et visuels de cette dernière.

2. Cibler la clientèle

Une fois l’objectif en mire, il faut déterminer la clientèle ciblée. L’entreprise peut décider d’être très large dans son choix de clientèle. Sa campagne aura donc potentiellement moins d’impact sauf si l’entreprise a un budget important qui lui permet d’effectuer un marketing de masse.

Si le budget est plus limité, le ciblage de clientèle peut s’avérer un choix judicieux et permet un retour sur l’investissement plus élevé. Lorsque l’entreprise définit sa clientèle cible, elle ne doit jamais perdre de vue son objectif marketing; les deux vont de pair.

3. Magasiner le placement

Avec l’objectif marketing, la clientèle cible et une idée du budget alloué à la campagne en ligne, l’entreprise est maintenant en mesure de valider avec différents intervenants les possibilités qui s’offrent à elle. Il est temps de magasiner un peu chez les divers fournisseurs qui répondent aux critères de clientèle cible, d’objectif marketing et de budget. Pour ce genre de campagne, il est question de coût à l’impression qui se situe en moyenne entre 20 $ et 30 $ par mille impressions.

Une impression est calculée lorsqu’un internaute se voit afficher à l’écran une publicité. Ce type de campagne est très proche des campagnes dans les journaux où souvent, le coût est en lien avec le tirage (nombre de copies vendues) et les pages les plus en vues.

Par exemple, au Québec, la page des sports est habituellement très populaire en pleines séries éliminatoires du Canadien de Montréal, c’est donc un placement plus cher. Tout comme les publicités dans les journaux, il n’y a pas d’assurance de la réelle visibilité de votre publicité. Par contre, la comparaison s’arrête là étant donné que sur le Web l’entreprise est en mesure de connaître la provenance des visiteurs du site Web.

4. Produire des bannières

Une fois le placement acheté, il faut passer à la production des textes et visuels afin d’avoir une bannière qui représente bien l’entreprise et surtout, qui se distingue.

C’est un gros défi puisque les gens sont bombardés de publicités à un point tel qu’ils ont développé avec le temps le banner blindness c’est-à-dire, l’évitement des publicités par les yeux. Le choix du site et le positionnement de la bannière peuvent toutefois influencer l’efficacité de la publicité, un sujet qui sera abordé par mon collègue dans l’article suivant. Le dernier mot revient aux créatifs qui devront trouver un concept nouveau, c’est ultimement ce qui fera la différence entre un top… ou un flop!

5. Mesurer l’effet de la campagne

Avant de mettre le tout en ligne, il est important de configurer la campagne afin de pouvoir mesurer sa portée. Des actions hors Web peuvent également être effectuées pour en mesurer l’efficacité, toutefois, pour cet article, seules celles sur le Web seront évoquées.

Tel qu’il a été mentionné précédemment, il est possible de connaître la provenance des visiteurs d’un site Web. Avec Google Analytics, il est facile de créer une étiquette (un « tag ») qui permet de connaître quelle bannière a attiré le plus de visiteurs, mais également celle qui a engendré le plus « d’actions désirées » sur le site Web.

Les actions désirées peuvent être différentes d’une entreprise à l’autre. On pense par exemple à un achat en ligne, un formulaire à remplir, un fichier à télécharger ou une inscription à une infolettre. Cette étiquette peut être configurée à l’aide du constructeur d’URL de Google.

Conclusion

Une fois la campagne enclenchée, il faut suivre le tout via les différents indicateurs de suivis. Sur le Web les entreprises ont l’opportunité de récolter énormément d’informations pour mieux cerner ce qui fonctionne ou non dans leur campagne marketing. Elles peuvent donc augmenter, avec le temps, leur retour sur investissement.

Autres articles pertinents

Voir tous les articles