Plusieurs postes sont disponibles chez Nmédia!Amène ton talent, on fournit le plaisir!
Traitement d’image non destructif avec Photoshop – Partie 1: les objets dynamiques

Traitement d’image non destructif avec Photoshop – Partie 1: les objets dynamiques

18 août 2014Par Antoine Prince
Catégories :

Photoshop est avant tout un logiciel de traitement d’image. Assez intuitif, il est plutôt facile d’apprendre à en maitriser les bases. Cependant, c’est lorsque l’on en a une connaissance approfondie qu’il devient vraiment plaisant à utiliser. De nombreuses techniques non destructives existent afin de ne pas altérer les fichiers originaux. Dans cet article je vous présente les objets dynamiques, votre nouveau meilleur ami.

L’objet dynamique pour conserver la qualité originale d’un fichier

Travailler avec des images matricielles (ou bitmap) peut s’avérer très destructif à l’intérieur de Photoshop. De simples modifications peuvent altérer la qualité de vos fichiers. Un objet dynamique est un calque contenant des données et des caractéristiques provenant d’un fichier source. Il se base continuellement sur son document source, les altérations sont donc appliquées sur le calque sans jamais s’appliquer directement sur les pixels de la source. Toutefois, comme n’importe quel fichier bitmap, l’agrandir à une taille supérieure à celle du fichier original, entraînera une pixellisation et une perte de qualité.

Créer un objet dynamique

Il existe de nombreuses façons de créer un objet dynamique. La méthode la plus simple est de déposer le fichier directement dans la zone de travail de votre fichier Photoshop à partir de l’explorateur de votre ordinateur (Explorateur Windows ou le Finder de Mac). Toutefois, s’il ne s’agit pas d’un fichier externe, mais plutôt d’un calque ou d’un ensemble de calques, il est possible de créer un objet dynamique en effectuant un clic droit sur le calque et en sélectionnant dans le menu contextuel l’option « Convertir en objet dynamique » (« Convert to smart object »).

Modifier le contenu d’un objet dynamique

Une fois votre objet dynamique créé, vous pourrez atteindre l’image originale en double-cliquant sur l’aperçu du calque dans la fenêtre des calques, ou en faisant un clic droit pour sélectionner l’option « Éditer le contenu » (« Edit contents ») dans le menu contextuel. Que l’objet dynamique provienne de Photoshop ou d’Illustrator, il ouvrira automatiquement dans le bon logiciel.

Il est aussi possible de remplacer le contenu d’un objet dynamique à partir d’un autre fichier. Cela peut être pratique lorsque l’on crée un gabarit pour une présentation. On peut ainsi remplacer un élément d’un même format sans avoir à refaire toutes les transformations qui ont été nécessaires la première fois. Pour ce faire, faites un clic droit sur le calque contenant l’objet dynamique puis sélectionner l’option « Remplacer le contenu » dans le menu. Par la suite, vous n’avez qu’à le remplacer par le contenu que vous voulez voir prendre la place du fichier d’origine.

Dupliquer un objet dynamique

En dupliquant un objet dynamique, on crée une copie sur laquelle on peut appliquer des modifications indépendantes de l’objet dynamique d’origine. Toutefois, puisqu’on utilise un objet dynamique, la source demeure la même pour toutes les copies. Ainsi, lorsque vous effectuez une modification à la source, elle se réplique sur toutes les copies. Comme elles ont la même source, votre fichier n’en sera pas plus lourd pour autant.

Si par contre vous désirez dupliquer un objet dynamique, mais ne pas conserver la même source, il est possible de le faire. Depuis la fenêtre de calque, faites un clic droit sur l’objet dynamique, et sélectionner « Nouvel objet dynamique par copier » dans le menu. Il est aussi possible de l’atteindre via le menu calque dans le haut de l’application. Comme la source est doublée, le poids du fichier en sera affecté.

Appliquer des filtres à un objet dynamique

En temps normal, lorsqu’on applique un filtre à un calque, ce dernier s’applique directement au calque et n’est plus éditable par la suite. En appliquant le même filtre à un objet dynamique, il devient un filtre dynamique. Les filtres dynamiques demeurent éditables à tout moment. Il est même possible d’en appliquer plusieurs sur le même objet dynamique et que ceux-ci restent indépendants. Seulement quelques filtres ne peuvent pas être appliqués à des objets dynamiques. Parmi ceux-ci, on peut y retrouver Fluidité et Point de fuite.

Pour vous démontrer l’avantage des objets dynamiques, j’ai préparé l’exemple suivant :

[img]Filter-sur-calque-vs-objet-dynamique.jpg|750||true|Filtre sur calque vs objet dynamique|Filtre sur calque vs objet dynamique[/img]

À partir de l’image originale, lorsque l’on applique un filtre, ici un flou gaussien de 4.5, le filtre s’applique directement au calque. Cela fait en sorte qu’une fois appliqué on ne peut plus rien y changer. Si on se rend compte que l’effet donné n’est pas celui qu’on souhaite, il faut donc revenir en arrière. Toutefois, on a le temps d’avoir fait des milliers de choses avant de se rendre compte que l’effet ne fonctionne pas. Il faut alors tout recommencer.

Au contraire, en transformant l’image en objet dynamique, le filtre devient un filtre dynamique. En double-cliquant sur l’icône de paramètres à droite du nom du filtre, vous pourrez éditer les paramètres à tout moment. Pour certains filtres, il est même possible de réappliquer une nouvelle version du même filtre en double-cliquant sur son nom. C’est le cas, entre autres, du filtre Nuage qui génère un visuel ressemblant à des nuages composés des couleurs d’avant et d’arrière-plan de votre palette d’outils.

Un autre avantage du filtre dynamique est le masque de calque qui apparaît. Il vous permet de masquer certaines zones de vos filtres. Malheureusement, le masque s’applique à tous les filtres d’un même objet dynamique. Ils ne peuvent pas être cachés indépendamment.

Je vous ai présenté en bref l’objet dynamique, mais il existe de nombreuses façons d’en tirer profit. Si vous désirez en apprendre davantage, parcourez le Web et vous trouverez des mines d’informations pertinentes. Il nous reste encore deux volets à cette série d’articles sur le traitement d’image non destructif. Dans le prochain, j’aborderai le sujet des masques et de leurs fonctionnalités.