Plusieurs postes sont disponibles chez Nmédia!Amène ton talent, on fournit le plaisir!
10 ans en tant que programmeur-analyste : Vincent nous parle de cette profession méconnue

10 ans en tant que programmeur-analyste : Vincent nous parle de cette profession méconnue

7 février 2017Par Véronique Laforest
Catégorie :

En avril 2007, Vincent Beaulieu a fait son entrée chez Nmédia comme programmeur-analyste. À l'époque, il n'y avait même pas 10 employés! Près de 10 ans plus tard, il est encore avec nous, maintenant à titre d'architecte logiciel depuis 1 an. Nous l'avons questionné sur ses anciennes fonctions de programmeur-analyste. Son parcours est plutôt impressionnant!

Entrevue avec Vincent Beaulieu, un Nmédien polyvalent qui n'a pas la langue dans sa poche!

Avais-tu de l'expérience avant ton arrivée?
Après ma technique en informatique de gestion en 2003 au cégep, j'ai fait 4 ans en développement Java.

Comment on découvre qu'on aime la programmation? Ça ne s'apprend pas au secondaire!
Je jouais à des jeux vidéo avec un vieil ordi, et pour faire fonctionner les jeux, il fallait connaitre « certains trucs ». C'est comme ça que je me suis intéressé à ce domaine.

Quels sont tes principaux défis?
Rester à jour. La technologie évolue tout le temps, alors il faut lire beaucoup. La programmation est un domaine où les gens s'entraident beaucoup, et si un problème survient, il y a sûrement quelqu'un qui a déjà trouvé la solution et l'a documentée. Il y a peu de questions sans réponses, mais il faut être bon pour chercher. Chez Nmédia, l'autoformation est justement encouragée.

Quelles sont tes principales tâches?
L'analyse, la réalisation, le partage de connaissances et le découpage d’applications; je dois aussi documenter ce que je fais, participer à des rencontres pour parler de l’avancement des projets et demeurer disponible même si ce n'est pas un projet sur lequel je travaille. Il n'y a pas vraiment d'équipes fermées. On utilise les forces de tout le monde.

Quelles sont tes forces?
L'architecture front-end, le développement sur browser (JavaScript) et tout ce qui touche au fonctionnement profond des navigateurs.

Quelles compétences as-tu développées chez Nmédia?
L'esprit d’analyse, le sens de l'organisation, le professionnalisme et le partage de connaissances.

Qu'est-ce que tu aimes moins?
Monter une offre de services! Toutefois, imaginer un système et l'expliquer, c'est le fun.

Quel projet t'a le plus déstabilisé?
Un projet pour une entreprise de rénovation résidentielle, il y a maintenant plusieurs années. Les délais étaient serrés et on a fait beaucoup d'heures supplémentaires. C'était le premier projet livré sur Altitude, et il n'était pas prêt... Ç'a été une semaine de fou, on a passé 3 nuits blanches. On a repoussé les limites de ce qui était faisable. Heureusement, l'équipe était très soudée et on est passés au travers ensemble. On a quand même eu du fun!

[img]vincent-beaulieu-2.jpg|500|center|false|10 ans en tant que programmeur-analyste : Vincent nous parle de cette profession méconnue|[/img]

Quel a été ton projet préféré ou ta plus grande fierté?
Le GPC d’Altitude. Ç'a été beaucoup de temps, d’amour, de débats, de remises en question, de technologies... et c'est toujours en évolution. C'est une fierté d’équipe! Ça répond bien aux besoins des clients. Il y a 3 ou 4 ans, on est parti de rien. C'est un des premiers projets d'Altitude pour lequel tous les corps de métier ont été mis à profit : UX, design, code, base de données, développement front et back-end, en plus de l'input des intégrateurs. Presque toute la boite a été sollicitée!

Former des stagiaires, c'est comment?
J'aime le contact humain et me faire challenger par quelqu'un de l’université. Je me fais poser des questions et je dois chercher. J'aime aussi être capable d'améliorer le travail de quelqu'un, de faire un suivi et d'augmenter son niveau de connaissances. D'ailleurs, Samuel et André-Philippe ont travaillé avec moi pendant leur stage! Ils sont vite devenus des amis. J'ai même supervisé le stage d'un Vincent Beaulieu!

Est-ce qu'il y a des mythes ou des préjugés entourant ta profession?
En 1999, quand j'ai commencé dans le domaine du développement, j'avais moi-même un préjugé : je pensais que c'était un milieu de nerds... le gars à lunettes, introverti... Je ne me sentais pas comme un nerd! J'ai été testeur 3 mois chez Ubisoft et j'ai connu toutes sortes de personnes avec différents intérêts. Après 14 ans dans le métier, je ne vois pas de stéréotype. Quant au rôle d’architecte que j'occupe depuis 1 an, il est méconnu et a plusieurs facettes : analyse, vulgarisation, documentation, coaching, formation… Il y a des gens sociables dans toutes les sphères de l'informatique.

Un bon programmeur doit avoir quelles qualités?
Ça prend de l'humilité! Il faut être capable de comprendre que ce n'est pas toujours nous qui avons la réponse. C'est difficile quand quelqu'un critique notre travail, mais il faut l'accepter. Aussi, ne pas vouloir changer ses habitudes, ça ne fonctionne pas. Puisqu'il y a toujours de nouvelles technologies ou exigences des clients, il faut changer sa façon de travailler. D'ailleurs, le changement, c’est motivant! Ça prend aussi de la curiosité, il faut être intéressé par le sujet.

Quel est selon toi le profil du programmeur idéal?
Il doit être sociable, ouvert aux opinions, passionné, curieux et prêt à débattre! Il faut aussi être en mode solution et non panique! Quand on rencontre un problème, il faut tout de suite chercher comment le régler. C'est aussi important de savoir prendre la critique : il y a toujours quelqu'un qui vérifie le travail dans le processus, et c'est normal. C'est comme ça qu'on s'améliore en groupe et individuellement. La programmation demande aussi de la créativité. Ça prend parfois de l’imagination pour créer un nouveau chemin permettant d'arriver à nos fins...

Quels conseils peux-tu donner à un nouveau programmeur chez Nmédia?
Reste ouvert et ne pense pas être le meilleur en informatique. Il y a beaucoup à apprendre des autres.

Quelles sont les possibilités d'avancement en programmation?
Si ton objectif est clair, que tu es motivé et patient, on a tout à gagner à t'aider. On bâtit sur les compétences et les forces. Dis-nous juste où tu veux aller! Que ce soit en repoussant tes limites, en faisant preuve de créativité, en continuant de te mettre à jour ou en travaillant sur des projets variés, tu trouveras toujours du nouveau en développement. On ne stagne pas.

Quelles sont les forces chez Nmédia?
Il y a tous les corps de métiers, et c'est bien puisque tout le monde a le droit de regard sur ce qu'on fait.

Comment est le travail avec les autres corps de métier?
Ça amène d'autres angles à notre travail, c'est intéressant et nécessaire. On est chanceux d'avoir toutes ces professions au même endroit. Quand quelque chose ne fonctionne pas, on reste ouvert et on peut en parler.

[img]vincent-beaulieu-3.jpg|500|center|false|10 ans en tant que programmeur-analyste : Vincent nous parle de cette profession méconnue|[/img]

Quelle est l'ambiance de travail au quotidien?
Humour, sérieux et plaisir. Il n'y a pas une journée qui passe sans qu'on ait du fun! À travers le sérieux, la pression et la résolution de problèmes, on trouve le moyen d’avoir du plaisir.

Qu'est-ce que tu espères pour l'avenir de Nmédia?
Plus de places de stationnement! Sérieusement, que Nmédia garde son esprit d’équipe/de famille et sa folie tout en continuant sa croissance à travers des projets stimulants qui repoussent nos limites! Je veux aussi qu’on reste une belle grosse gang unie.